Tour du Queyras, Eté 2020

Bonjour à tous
En cet année super bizarre, au niveau mondial mais aussi personnelle. Perte de mon magasin Bio “L’Eau Vive de Saint Maximin”. J’ai décidé de prendre 2 mois de vacances pour recommencer sur trip comme je fais parfois.
Au lieu de morfondre, le sport a été ma thérapie. J’ai donc décidé de prendre rendez-vous mon meilleur pote, fin aout,  pour faire quelque chose qui pourra libérer mes émotions. Je n’avais fait aucun sport ou activité sportive pendant 2 ans. J’avais 1 mois et demi pour me remettre en condition…
Rendez vous pris, nous déciderons de faire en autonomie le tour du Queyras en 4 jours. Pari tenu.J’ai pu rouler entre deux et trois fois par semaine en juillet et aout accumulant les kilomètres en route et en vtt. 1500kms environs. Avec comme préparations une cyclo sportive la Chablais Chatel Leman Race (1700m de D+ en 70 kms sur route) Le Ventoux, le col du Corbier, le Galibier. J’arrive a Briançon chez mon ami serein.
A mon arrivée, histoire de mettre les bases, nous décidons de parfaire notre technique à Serre Chevalier sur nos spads.Et la,  :pale: , je m’aperçois que j’ai perdu toute ma technique.  :no::study::scratch: . En plus, je n’ai vraiment pas le matériel adapté (Jantes carbones, semi rigide titane cintre plat typé crosseur) sur les pistes de descente.Pour enfoncer le clou, mon pote maintenant Local me fout dans le vent sur son Lapierre tout suspendu. Il a la caisse et de la technique le salop  :affraid: .
Après quelques descentes, je retrouve quelques automatismes. Je commence a le titiller sur son terrain. Mon excès de confiance me poussera à la faute. (Rien de grave). Mais le plaisir est revenu. Nous déciderons de faire un peu de ALL Mountain. Juste un truc, penser à acheter une tige de selle télescopique…
Nous passerons chez sont velociste pour changer mes pneumatiques en MAXXIS All Mountain plutôt que mes Hutchinson Pythons XC. car le terrain sec et les caillasses dans la régions sont intraitables

https://www.strava.com/activities/3940582269
1er Jour.
Nous décidons de partir du haut de l’Izoard, pour rejoindre le refuge de Furfande. une première 1/2 journée de 20kms avec 1000 m de D+. Pourquoi demie journée, et pourquoi par le haut de l’Izoard, car je n’ai pas le physique pour partir de Briançon. Nous sommes en autonomie et il aurait fallu de partir de Cervieres pour faire que du GR sans trop nous cramer.
Le temps et les prévisons météorologiques vont être idéales  :sunny: . 
Partir de l’Izoard coté italien est plutôt raide et enclavé mais superbe. Beaucoup de pierriers jusqu’au village de La Daye. Puis après nous empruntons ce que les locaux appellent les “canaux”. Il s’agit de chemins d’irrigations artificiels. Ce sont souvent des singles à pentes douces, facile ou peu piégeuses a flan de montagne offrant des jolis points de vues sur les vallées et villages en contrebas. :heart:Loïc navigue à vue et sur carte IGN depuis son GSM. Mon GPS permettait des fois de valider la trace ou pas sur certaines intersections. De plus il connaît très bien la région car il est moniteur de parapente, guide à ces heures, randonneur à ski, escaladeur… Bref, la montagne c’est son truc… On a très peu jardiné pendant le périple…
Puis en bas de la vallée, nous avons pris un chemin forestier pour monter au col de Furfande. A partir de ce moment là ; j’ai compris ma misère. Je maudis maintenant mes jambes, mes choix de développements, mon manque d’anticipations sur ce périple. J’avoue qu’un periple comme çà peu se faire en semi rigide.Par contre ce qu’il ne faut pas négliger c’est ;  Le poids de son sac, les gros/petits développements, l’équipement du VTT, l’endurance, la chaleur, la condition physique et son pote qui vit depuis des années à Briançon  et qui avec un velo TS de 12 kilos te fout dans le vent…  :study::spe:Pour vous décrire, un peu mon VTT, Cadre titane Van Nicholas, fourche SID Roc Shox, groupe complet SRAM XX, double plateau 42-32 à l’avant et 12-32 à l’arrière. Pas de tige de selle télescopique. Cintre plat des années 2000 (c’est à dire pas large du tout) position de crosseur :bouleth: . Idéal pour la picardie mais pas pour la montagne  :boulet: . çà me gâchera une partie du plaisir pour être honnête avec vous!(Je suis à la date de redaction de ce post en train de travailler madame pour trouver un deuxième VTT, biensur Tout Suspendu, et mettre a jour les équipements de celui déjà existant…  :lol!: )
Bref, revenons à mon trip. Apres 8 kms de montée. et 800m de D+, entre coupé de pauses, nous voilà arrivé en haut du col de Furfande. J’avoue que c’est super cool. Nous pouvons voir depuis ce col l’ensemble de notre trip à 360°. Avec ce que nous avons fait (rien) et ce qui nous restera à accomplir. En contre-bas. 1er stop. Le refuge de Furfande. ce dernier affiche complet. Il offre 2 types de couchages. En refuge, ou sous tente. Nous prendrons la deuxième option. Plus économique et plus dans notre délire. ( Comptez 100€ en Demi-pension avec consos :biere: )Pour notre première journée. Nous verrons l’Hélicoptère de la gendarmerie venir chercher une touriste car cas Covid. Mise en quarantaine du site :surp: . Par chance nous apprendrons que ce n’était en faite qu’un crise d’anémie. Nous pourrons repartir le lendemain.  :woohoo:
Pour passer la soirée, nous jouerons au tir à l’arc, et parlerons avec des randonneurs qui nous prennent pour des fous furieux.  :joker2:

1er jour sur Strava Au total +- 20kms 1000 m de D+
2eme Jour.
Les choses sérieuses commencent. Nous partirons vers 9h. Après un super petit-déjeuner. Notre périple ; Refuge de Furfande – Refuge du Col Blanc – +-40 Kms
Nous commencerons par une superbe descente jusqu’à Queyras. 100% single track et voie romaine. Magique mais super dur. Nous aurons tous les types de terrain. Les randonneurs partis 1/2 heure avant nous, nous regardent passer comme des extras terrestre. Pierriers glissants, marches, virages en épingles, chemins carrossés, chemins en herbes, canaux. Nous nous régalons pendant une bonne heure.
Arrivés à Château Queyras, nous faisons une petite pause. car nous nous préparons pour une grosse montée jusqu’au Col Fromage via la sommet Bucher (Pour moi toujours la même galère). J’alterne entre marche à pieds et Vélo. Pour couronner le tout. Nous avons la bonne idée de parler à mec qui dit de se rallonger via le sommet Bucher car çà vaut le détour… J’ai jamais autant détester un mec comme çà. Surtout que lui était en VAE. Il doit être dans les 14h. Nous avançons entre 9 et 10Km/h de moyenne. Mon pote a une stratégie de ne pas arriver trop tôt car pour lui les refuges c’est “La mort”. Il a raison mais çà nous oblige a rouler sous les fortes chaleur… Arrivés au col Fromage. Encore une fois point de vue splendide. Nous sommes à mis parcours de notre périple d’après lui mais le plus dur reste à faire. Nous devons nous economiser….  :pale: Autant dire que je suis deja à 200% de mes capacités  :oops: … Nous redescendons dans la vallée. Encore de superbes chemins. Beaucoup moins techniques que le matin… je crois que c’etaient mêmes les plus beaux du périple.. Puis nous remontons vers le refuge de la Blanche avec une belle surprise que les randonneurs nous avaient annoncés… Un étang pour se baigner  :cheers: .Arrivés sur place, avec un col assez roulant… :suspect: . Nous nous installons cette fois ci en dortoir et allons nous baigner. Notre enthousiasme fera venir d’autres baigneur(e)s. Apres çà nous révisons nos vélos. Car la journée a été éprouvante pour le matériel. 40kms et plus de 2100m de D+ sur des GR normalement prévus pour des marcheurs…
Un gros diner, quelques bonnes rencontres et gros dodo.

JOUR 2 en détail sur Strava
JOUR 3
Après une bonne nuit récupératrice, débarrassé d’une centaine d’Euros. ;) . nous voilà partis pour LA JOURNEE. Au programme 3 cols dont un portage pour commencer, changement de frontière et passage par l’Italie.  :study: . Mon ami est tres clair, “on va en chier grave” mais “nous allons aussi prendre beaucoup de plaisir”.. puis on terminera par 20 kilomètres de descente et un pote nous attend chez lui.
Le périple : Refuge du Col Blanchet, puis Col d’Agniel coté italien, col Vieux puis descente sur Aiguilles.
Le col Blanchet depuis le refuge se fait à pied. Je n’avais jamais fait çà avant. 1 heure de Portage pour y arriver. En un mot Génial  :cheers: . Puis descente sur le lac Blanco. Avec des italiens par milliers. Apparemment c’est l’Endroit.Effectivement l’endroit est superbe. L’eau limpide. avec ces fortes chaleur. Les 15 degrés des lacs sont “rafraichissants”… La descente, elle, est Ultra exigeante mais çà passe en générale. Les italiens nous applaudissent et nous encouragent meme parfois…  8) . Arrivés en bas. Nous faisons une petite pause. car, devant nous, se présente un monstre sacré. Mêmes les meilleurs cyclistes du monde le redoutent. Il s’agit du col d’Agniel. 9kms à 11% de moyenne. CE passage se fait obligatoirement par la route d’apres nos recherches. Lorsque nous le commencons, il est midi. Autant dire que je fais grise mine  :pale: ,  et je suis absolument pas super de bonne humeur envers Loic. (C’est fou comme avec l’age on devient chiant…  :evil: ). Il y a des passages à 15%. Du jamais vu. Et nous sommes sur la route. 2 fois j’ai marché. On a mis plus de 2 heures… Horrible et dire que après nous avons encore le col Vieux à faire derrière…Arrivé en haut. Loîc lui est arrivé que quelques minutes avant moi. C’est la foule. Que des motards assoifés de vitesse et de “vroum vroum” nous entourent.  :suspect: . Un truc-food est là mais çà nous fait pas du tout envie. Nous repartons direct pour être au calme. encore quelques mètres de D+ avant d’arriver au col Vieux. Le temps est pas terrible. Car il faut savoir que sur ce coin géographique, le coté italien est toujours nuageux et humide et le coin Français ensoleillé et sec. On nous dira plus tard, que c’est de la faute des italiens, à trop faire bouillir les pates.. çà crée une dépression… :lol!:
Il est 15h. J’ai l’estomac dans les talons. fatigué de cette journée de ouf. Nous avons une grosse descente à faire. Loic me pousse dans mes retranchements, car il sait qu’il y a 2 lacs de montagnes qui nous attendent. Il a prévu qu’on s’y restaure et que l’on s’y baigne..  ;)
Il a bien fait. Nous retrouvons une connaissance du refuge du col blanchet. Pic-nique et baignade en bonne compagnie :queen: … Lieu calme et ensoleillé… Idéal après toutes ces émotions…
Cependant ce GR est assez accessible. Pas mal de randonneurs à la journée y vont. Mais aussi des tours Opérateurs de VTT qui proposent la descente jusqu’à Aiguille. Autant dire qu’il va y avoir du monde. Il est 16h30. Notre hôte Nicolas nous attend pour 20h là-bas. Nous laissons donc ce flux passer pour nous laisser le champs libre et ainsi ne pas etre géné et inversement.
La descente sera facile et roulante mais en dessous de nos espérances. Rien de bien compliqué. Loïc grèvera une fois. (Le seul pépin technique du périple). Nous traverserons des villages fantômes (ancien village de comité d’entreprises genre EDF etc) prendrons quelques canaux pour enfin arriver à Aiguilles.  :cheers:Nicolas, son pote, Guide de haute montagne nous attend. Accueil génial. Nous dormirons chez lui. Avant, nous dinerons comme des rois au camping Municipale. La restauration l’ambiance et le site sont super. Très belle structure de plein air. Avec beaucoup d’arbres. Je recommande… Il nous informe que le lendemain est sont jour de congès et souhaite faire la derniere etape avec nous…  :cheers:  en nous proposant une alternative à notre itineraire prévu…  :scratch::study::shock::lol::1010: .

https://www.strava.com/activities/3955387763 40kms et 1500M de D+ pédalé.. je pense qu’on à du faire plus de 2000m de D+ au total.
4ème et dernier Jour…
Apres une excellente nuit, et un petit déjeuner avec des œufs frais. Nous partirons d’Aiguilles pour l’Izoard.Comment vous expliquer dans quel état je suis: Premièrement serein. Deux pros de la montagne, mais aussi 2 mecs avec une caisse (forme physique) de malade. Nico, annonce la couleur, on est sur son territoire. Il connaît les chemins par cœur. Il roule sur un des vélos de Anne Caroline Chausson (Ibis) car il la connaît personnellement et randonnait, avant sa maladie, souvent avec elle… çà en dit long sur le bonhomme.
Une fois n’est pas coutume. On commence par une montée. J’ai de bonnes jambes, mais Loic me dit… “Ne pars pas si fort tu vas le regretter…” :joker2::malades: … Bah effectivement…. la journée a été dure…  :merci::lol!:Cependant, l’itinéraire super sympa. Nous prendrons des traces de la X-Alpes. De ce qu’il est de la trace. çà monte fort. çà descend vite puis en bas on remonte.. puis… ils m’attendent.. et quand j’arrive… bah, ils repartent….  :lol:Je fais des calins à la terre :velotombe: une ou deux fois sans gravité  :mortderire: .
Tout çà dans la joie et la bonne humeur. Le temps est un peu gris, et pas très chaud. En haut, nous apercevons tout ce que nous avons accompli :affraid: . Magnifique. Nicolas nous laissera au 2/3 de notre itinéraire. Nous finirons notre périple par des singles à gogo… Mais nous sommes tous les deux fatigués. Nous devions finir par l’Izoard via les chemins mais la trace de Nicolas nous a fait prendre une autre voie. Loïc me laissera en bas de Le Chalp. et fera du stop pour récupérer la voiture laissée au col de l’Izoard. Au total, une trentaine de kilomètres et 1500m de D+Une bonne partie de manivelles et surtout le gout d’avoir accompli encore une superbe traversée dans le Queyras. Je recommande vivement…
Sur ces 4 jours. Nous aurons fait environ 130 kms. avec un peu moins de 6500m de D+. Au total une moyenne de 2 cols par jours. Une bonne dose d’adrénaline pour ma part. Une bonne thérapie pour repartir sur de nouvelles expériences. Par encore prêt pour retenter encore une nouvelle traversée… Mais qui sait…. :geek:

Je vais mettre quelques photos en vrac de notre périple et si vous voulez cette trace GPS, n’hésitez pas à me la demander…https://www.strava.com/activities/3958859129


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.